« Les migrants deviennent des armes diplomatiques » dénonce Saskia Bricmont

« Les migrants deviennent des armes diplomatiques » dénonce Saskia Bricmont

La députée européenne Saskia Bricmont (Ecolo) dénonce une hypocrisie des dirigeants européens entre leurs mots et leurs actes.

« Aujourd’hui les actes de la commission – qui sont appliqués par les Etats membres et notamment les frontaliers – consistent à ériger des murs. Cette Europe forteresse empêche le passage des migrants et sous-traite sa politique migratoire à des pays comme la Turquie, la Libye, le Maroc, via des accords de coopération et des milliards d’euros de financements. Tout cela pour faire en sorte que d’autres états bloquent le passage de migrants. » D’après elle, les migrants deviennent alors des « armes diplomatiques« , des monnaies d’échange vis-à-vis de l’Union Européenne. « Et cela revient en pleine figure de l’Europe. » martel la députée européenne.

A noter que malgré le coronavirus, cette migration n’a pas connu d’arrêt. « Durant la crise, on a lancé une commission d’enquête sur Frontex, c’est-à-dire l’agence de l’Union Européenne qui bénéficie de fonds public et qui doit contrôler les frontières et contrôler les droits des migrants. Mais cette agence publique contribue à des refoulements illégaux.« 

Selon Saskia Bricmont, Frontex viole le droit international et le droit européen des migrants. Notamment en travaillant avec les autorités libyennes, formées et financées par l’Union européenne pour rapatrier les bateaux. Et vu les conditions des migrants en Lybie, cela revient en « boomerang » vers l’Europe. « Il faut savoir que la Lybie organise la détention de migrants, les torture et les met en esclavage. »

La rédaction

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr French
X