Urgent: Espagne, Un réseau de trafiquants de faux papiers démantelé à Tenerife par la Guardia Civil,16 Sénégalais arrêtés.

Urgent: Espagne, Un réseau de trafiquants de faux papiers démantelé à Tenerife par la Guardia Civil,16 Sénégalais arrêtés.

Ce 5 octobre 2021, 16 personnes de nationalité sénégalaise soupçonnées d’appartenir à un réseau criminel de falsification de documents d’identité ont été arrêté lors d’une opération conjointe menée par a police nationale espagnole et la Garde Civile.

Cette organisation a permis au moins à 113 migrants d’obtenir un faux passeport , et a engrangé près de 200 000 euros de bénéfices.

Opération réussie par la Guardia Civile et la police nationale 

Au cour de cette opération  dix domiciles perquisitionnés, 20 passeports falsifiés ont été retrouvés, ainsi qu’une vingtaine de milliers d’euros, 77 téléphones, des montres de luxe, ou encore des quantités importantes de drogue. Au cours de ces perquisitions, « on pouvait constater les conditions inhumaines dans lesquelles vivaient les immigrants », rapporte la Garde Civile dans son communiqué.

les 13 ont été arrêtées à Tenerife, la plus grande île des Canaries ; deux à Ibiza ; et la dernière à Gérone, en Catalogne. Elles sont accusées de plusieurs délits, parmi lesquels l’appartenance à une organisation criminelle, le recel et la fabrication de faux documents, relate l’agence Europa Press.

Une mafia organisée

Ce groupe de trafiquants de faux papiers interceptaient les migrants irréguliers et les exilés fraichement arrivés  aux îles canaries, puis les logeaient dans des appartements discrets avant de préparer  clandestinement les faux papiers. Une fois les faux documents sont obtenus, pour les faire rejoindre la péninsule Ibérique, ils les faisaient embarquer dans le ports et aéroports et contourner les contrôles de sécurité.

Communiqué GUARDIA CIVIL

Des agents de la garde civile et de la police nationale, dans le cadre d'une opération conjointe, ont démantelé une organisation criminelle à Tenerife dédiée au passage de migrants munis de faux papiers vers la péninsule. Au total, 16 personnes de nationalité sénégalaise ont été arrêtées (13 à Tenerife, 2 à Ibiza et 1 à Gérone), qui sont inculpées des crimes présumés d'appartenance à une organisation criminelle, contre les droits des citoyens étrangers, contre le patrimoine, santé publique, accueil et falsification documentaire.
 
Dans l'opération, dix adresses ont été perquisitionnées, dans lesquelles plus de 20 passeports falsifiés sont intervenus, 46 dossiers avec des pièces justificatives pour régulariser la situation des citoyens subsahariens, plus de 900 grammes de cocaïne, plus de 1 000 pilules d'ecstasy, 90 grammes d'héroïne, trois balances de précision, 23 600 euros, 2 940 fausses livres sterling, 77 téléphones, 39 montres et bijoux haut de gamme, entre autres effets.
 
L'organisation a capturé des migrants arrivés sur les îles et les a cachés dans différents "planchers de bateaux" pendant qu'ils préparaient de faux documents. Une fois obtenus, ils ont été conduits dans les différents ports et aéroports des îles, où ils ont reçu les dernières instructions sur la marche à suivre lors de l'embarquement et certaines mesures de sécurité au cas où elles seraient détectées par les forces et organismes de sécurité, consistant à ne pas déclarer et la suppression des numéros de téléphone, entre autres directives.
 
Par curiosité, si le migrant réussissait à atteindre la péninsule sans être détecté, les membres de l'organisation étaient chargés de récupérer les documents utilisés au cas où ils pourraient être utilisés par un autre candidat à l'avenir, car même si la grande majorité étaient des documents falsifiés, les enquêteurs disposaient de preuves que certains d'entre eux avaient utilisé des documents juridiques d'autres personnes présentant une certaine similitude physique.
 
On estime que cette organisation aurait réussi à faire sortir des îles au moins 113 personnes arrêtées avec de faux passeports ou au nom de tiers. Les avantages obtenus dépassent les 200 000 euros. L'opération se poursuit ouverte dans le but de localiser le reste des membres de l'organisation, donc de nouvelles arrestations ne sont pas à exclure.


	    
La rédaction

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr French
X