Crise diplomatique: Après les sanctions de la Cédéao, le Mali rappelle ses ambassadeurs et ferme ses frontières

Crise diplomatique: Après les sanctions de la Cédéao, le Mali rappelle ses ambassadeurs et ferme ses frontières

La junte malienne a riposté aux sanctions de la Cédéao, lundi, en exigeant le retour de ses ambassadeurs en poste dans les pays voisins. Le Mali a également annoncé la fermeture de ses frontières terrestres et aériennes avec les États de la Cédéao. 

La tension monte entre le Mali et les pays de la Cédéao. Le pouvoir malien a annoncé, lundi 10 janvier, le rappel de ses ambassadeurs en Afrique de l’Ouest et la fermeture de ses frontières avec ses voisins de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) , en réaction à sa mise sous embargo par les dirigeants ouest-africains réunis la veille à Accra.

« Le gouvernement du Mali condamne énergiquement ces sanctions illégales et illégitimes » et rappelle ses ambassadeurs dans les pays de la Cédéao, affirme un communiqué lu à la télévision nationale par le porte-parole du gouvernement, en uniforme, le colonel Abdoulaye Maïga.

« Le gouvernement du Mali regrette que des organisations sous-régionales ouest-africaines se fassent instrumentaliser par des puissances extra-régionales aux desseins inavoués », a-t-il ajouté, sans les nommer.

La junte annonce aussi fermer ses frontières terrestres et aériennes avec les pays de la Cédéao.

Pour sa part, la compagnie aérienne Air France a confirmé qu’elle ne pourra pas assurer la desserte de Bamako au Mali lundi, « en raison de tensions géopolitiques régionales liées à un embargo décidé par les pays membres de la Cédéao ».

La rédaction

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr French
X