Des documents internes de Frontex révèle l’ampleur des renvois en mer Égée

Des documents internes de Frontex révèle l’ampleur des renvois en mer Égée

Une enquête de plusieurs médias européens, dont Le Monde, révèle qu’entre mars 2020 et septembre 2021, Frontex a pratiqué des renvois illégaux en mer Égée qu’elle a inscrit sous le terme « prévention de départ ». Un mensonge, selon l’enquête. Car les préventions de départ désignent des opérations menées par la Turquie pour intercepter les migrants avant qu’ils n’entrent dans les eaux grecques.

Des « renvois illégaux » de migrants classés comme « préventions de départ ». Voilà le pot-aux-roses découvert au terme de l’enquête menée par plusieurs médias dont Le Monde, Der Spiegel et Lighthouse Reports. Selon les enquêteurs, l’agence européenne de surveillance des frontières aurait enregistré dans leur base de données (appelée JORA) des « pushbacks » de migrants en mer Égée en les faisant passer pour des simples « préventions de départ », menées dans les eaux turques.

« Nous nous sommes concentrés sur ce que Frontex appelle les ‘préventions des départs’ », explique Lighthouse sur Twitter, au cours de cette investigation menée du 20 mars 2020 au 21 septembre 2021. Cela signifie que « lorsque des demandeurs d’asile traversant la mer Égée sur des bateaux sont repérés par la Grèce ou Frontex, la Turquie est informée et agit pour empêcher la traversée et les ramener à terre en Turquie avant qu’ils n’entrent dans les eaux de l’UE ».

Seulement voilà, d’après Le Monde, derrière ces « préventions de départ », se cachent en réalité de nombreux renvois illégaux de migrants.

La rédaction

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr French
X