Le Maroc “s’empresse” d’enterrer les migrants morts à sa frontière avec Melilla

Le Maroc “s’empresse” d’enterrer les migrants morts à sa frontière avec Melilla

Dès le dimanche 26 juin, des tombes étaient creusées dans le cimetière de la ville marocaine de Nador pour y enterrer les corps d’au moins 23 migrants, morts en tentant de franchir la frontière avec l’Espagne, le 24 juin. Rabat est accusé d’étouffer “la catastrophe”, rapporte ce journal espagnol.

Le Maroc est la cible des critiques du quotidien espagnol El País. D’après la une de l’édition du 27 juin du journal madrilène, le pays d’Afrique du Nord “s’empresse d’enterrer les migrants qui ont tenté d’entrer à Melilla” : le 24 juin, plus de 1 500 personnes, originaires en majorité d’Afrique subsaharienne, ont tenté de rejoindre cette enclave autonome espagnole du nord du Maroc et membre de l’Union européenne.

Au moins 23 personnes sont mortes asphyxiées, écrasées ou des suites de leurs blessures, d’après des sources officielles − tandis que plusieurs ONG humanitaires évoquent un bilan plus lourd − et plusieurs dizaines de blessés, dans ce qui constitue “la tentative de franchissement de la valla [le nom de la barrière frontalière à Melilla] la plus meurtrière de l’histoire”, déplore El País. Cent trente-trois migrants sont parvenus à franchir la frontière et sont retenus dans un centre de séjour temporaire à Melilla, selon le journal.

La rédaction

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr French
X