Vendredi noir à Melilla : un « massacre » de migrants à la frontière entre le Maroc et l’Espagne ?

Vendredi noir à Melilla : un « massacre » de migrants à la frontière entre le Maroc et l’Espagne ?

Vendredi 24 juin, des centaines de migrants venant d’Afrique subsharienne ont tenté de passer la frontière entre le Maroc et l’Espagne à Melilla. Au moins 23 d’entre eux sont morts dans des heurts avec les forces de l’ordre. L’Union Africaine et l’ONU appelle à l’ouverture d’une enquête. Les associations locales accusent des politiques migratoires mortifères.

Des corps de migrants d’Afrique subsaharienne s’entassent sur le sol, la plupart blessés, mais certains seraient morts. Autour d’eux, des policiers marocains en uniforme. Sur d’autres vidéos, on voit ces derniers donner des coups à des hommes à terre avec leur matraque, sous les barbelés de la frontière maroco-espagnole.

Ces images ont été dévoilées par l’AMDH (Association Marocaine des Droits Humains, dans la section de Nador, ville marocaine limitrophe de Melilla), et authentifiées par le New York Times.

endredi 24 juin, entre 1 500 et 2 000 migrants, principalement soudanais et sud-soudanais d’après les associations, ont tenté de traverser la frontière à Melilla, pour passer du Maroc à l’Espagne. Ils étaient armés de pierres et de bâtons pour certains, prêts à se défendre face aux autorités espagnoles et marocaines. Celles-ci les ont accueillis à coup de bâtons et de gaz lacrymogènes, provoquant des bousculades dans une zone étroite et des chutes depuis les barrières grillagées de la frontière.

Une première à Melilla

Les autorités font état d’au moins 23 morts chez les migrants, tandis que les associations en déplorent minimum 29 durant ce « vendredi noir ». Des dizaines de migrants, ainsi que des policiers marocains, ont été blessés. « Je pense que le bilan pour les migrants va augmenter, vu la gravité des blessures, commente Omar Naji, vice-président à Nador de l’AMDH. On ne peut pas dire combien il y a exactement de blessés, parce qu’il y en a aussi qui ont été transférés à Oujda, à 130 kilomètres de là ».

La rédaction

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

fr French
X